AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

EVENT I - The Fun Fair !
Retrouvez l'écrit de l'Event ainsi que les inscriptions ! Venez vous amusez parmi-nous !


Partagez | 
 

 Une rencontre sous le signe du loup et l'hiver - Feat Arthur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MODÉRATRICE ◮ Red Riding Hood


◗ MESSAGES : 106
◗ ARRIVÉE EN VILLE : 18/09/2015
◗ PERSONNAGE : Chaperon Rouge & Loup
◗ DOUBLON : Nope

MessageSujet: Une rencontre sous le signe du loup et l'hiver - Feat Arthur   Mar 3 Nov - 12:32


 
Ruby S. Lucas & Arthur Pendragon
You Can't Leave me like That !!


Depuis la fin de la malédiction de Zelena, je me sentais de nouveau libre de faire ce que je faisais autrefois, dans ma peau de louve libre et contrôlant de nouveau mon pouvoir. On ne pouvait pas réellement appeler ça un pouvoir, ni même un don.. Mais il fallait dire que se transformer en loup n'était pas donné à n'importe qui. Mais je ne me cachais plus, et encore moins à Storybrook.. Même si j'évitais tout de même de me promener en louve dans les rues, évitant plus que possible d'effrayer les enfants, avec mes yeux verrons et mon pelage blanc. Mais la forêt était un endroit que j'affectionnais particulièrement et où mon flaire pouvait savourer les odeurs diverses du pins, du chênes et du saule derrière le pont des Tolls.  Je pouvais ainsi profité des racines apparents des vieux arbres centenaires ainsi que la compagnie agréable de Gris', mon ami Dragon qui se trouvait cacher dans la forêt, ne pouvant reprendre forme humaine suite à la rupture de la malédiction et à qui je tenais compagnie, cherchant maintes solutions à son soucis.. esthétique. Mais principalement, j'aimais venir ici pour me ressourcer et songer à autre chose que les tracas quotidien. Maintenant que nos souvenirs étaient revenus, je ne pouvais m'empêcher de me dire que la vie dans le Royaume Enchanté me manquait.. je savais maintenant comment était le monde dans lequel nous vivions et les créatures de mon espèce n'y était pas bien accueilli.. c'était aussi pour cela que je me sentais bien dans la sécurité et la sérénité de la forêt. Mais malgré ça, je savais que nous n'étions jamais à l’abri d'un quelconque danger..

Ce matin-là, je me réveillai donc en soupirant, regardant ma chambre avec mes yeux à peine ouvert. Je me levai, doucement et sans me presser, entendant déjà Mère-grand s'atteler en bas, prête à se rendre au café pour préparer les petits déjeuner que les futurs clients commanderaient.. Mais je ne voulais pas y aller. J'en avais assez de ce train train quotidien, j'avais envie de changement d'aventure.. Mais je savais quoi faire dans ces moments là. Mère-grand et moi étions de nouveau en bon terme, mais nous étions comme toujours souvent en désaccord. Elle me protégeait toujours, et cela en était parfois étouffant. J'étais une femme à présent, et je savais me défendre sans son aide, mais depuis l'accident avec Peter.. il y avait dans son regard comme une crainte, une peur constante de me voir de nouveau perdre les pédales, devenant de nouveau cet horrible loup noir tuant tout ce qui se trouvait sur son passage.. en y repensant, j'en avais des frissons, et je me plaisais parfois à penser que ne pas me souvenirs de tout ce que j'avais fait.. me rendait moins responsable. Il m'arrivait parfois de rêver de Peter, peut-être parce que je n'avais jamais eut d'autre amour depuis.. mais je m'étais faite une raison. Tout le monde dans la ville avait son prince charmant ou son amour sincère et véritable.. excepté moi. Je ne pouvais faire autrement. Je savais que mon rôle dans l'histoire n'était pas d'être aimé, ni aimer en retour, mais le fait d'aider ceux qui m'étaient chers.. Je ne pouvais réécrire mon histoire. Regardant les rayons du soleil traverser les rideaux de ma chambre, je passai ma main dans mes cheveux en soupirant, m'asseyant alors sur mon lit en m'étirant doucement.

Le temps semblait fort agréable dehors, ce qui me donna envie de sortir prendre un peu l'air. Ce soir, c'était la pleine lune, donc je pouvais me transformer à ma guise pendant 24h.. ce qui était dorénavant le jour du mois que je préférais. Mère-grand ignorait ce que je faisais même si, je savais qu'elle n'était pas sotte. Je sortis enfin de mon lit, d'un pas lent et lourd, témoignant de mon incapacité à être apte au dynamisme dès le réveil, et me dirigeai vers ma penderie pour y prendre un pull. Il faisait plutôt frais dans cette vieille bâtisse. Je trouvai donc mon pull préféré, en laine et très large de couleur rouge bordeaux, aussi long qu'une manche tombait sur mon épaule, laissant découvrir mon débardeur noir que je mettais pour dormir. L'avantage d'être une louve, était que j'avais le sang chaud, et la nuit, mon corps se réchauffait de lui même me permettant ainsi de ne jamais tombé malade. Je mis un élastique dans mes cheveux, faisant un chignon grossier et descendit enfin prendre mon petit déjeuner après avoir enfiler une grosse pair de chaussette noir montante tombant en plie sur mes chevilles. Je soupirai en regardant la maison vide et me servit un café latte au caramel, comme je l'aimais avec une touche de coulis de fraise, mon petit plus qui faisait de cette boisson un véritable délice pour les papilles dès le matin. Je me dépêchai de terminé en mangeant au passage mon muesli aux fruits rouges et montai donc me préparer. Portant un jean cuir noir et un débardeur blanc sous mon pull rouge, je pris ma cape rouge avec mon pour me rendre ensuite en forêt où je serais libre de faire ce que je voulais. Je mis comme chaussure des Dock Martens noir mate, afin d'être à l'aise en marchant dans les bois et détachai mes cheveux, sans les coiffés, les laissant naturellement tomber dans mon dos et sur mes épaules, ondulant et laissant un effet rebelle, n'étant pas coiffés. Je sortis enfin, prenant la sortie de derrière pour n'avoir aucun risque de croiser mère-grand.  

Arrivant enfin dans les bois, ma cape sur le moi, le capuchon sur la tête, je fermai les yeux avant de laisser mon chaperon tomber au sol avant de sentir tout mon corps se transformer dans un picotement familier et agréable. Ma vue se transforma et mes sens se décuplèrent, je me sentis enfin moi-même. Je me mis alors à courir des heures et des heures, appréciant les sensations que je pouvais ressentir sous cette apparence. Le seul problème lorsque je me transformais, était que je me retransformait sans mes vêtements. Sans savoir comment cela marchait mais mes vêtement se retrouvaient toujours dans ma cape. Mais je me retransformait toujours en humaine avant d'atteindre celle-ci. J'avais encore un peu de mal à contrôler ça. Il suffisait d'un vent un peu frais, un pensée humaine ou un sentiment pour que je redevienne humaine. Je ne pouvais pas encore être à part entière humaine et louve à la fois. Je ne pouvais être qu'un animal dressé ou une humaine rebelle. Je n'étais pas un loup méchant, heureusement et la façon de le voir était simple. Lorsque j'étais un loup féroce, mon pelage était noir et mes yeux doré. Maintenant que je ne me sens plus en danger et que je suis totalement consciente de ce que je suis et que je l'assume enfin, je suis un loup blanc magnifique ou prunelle bleu et rouge. Je courrai donc dans la forêt, ayant prit un lapin en chasse pour m'amuser un peu, comme un chien.

Mais soudainement, un bruit attira mon attention et je me tins droite sur mes pattes, redressant la tête et restant aux aguets. Je n'étais pas seul.. je sentais comme une présence que je ne connaissais pas et qui ne venait pas de Storybrook.. un nouvel habitant ? Je grognais un peu, témoignant de ma présence et cru apercevoir une forme humaine, un homme, à travers l'ombre des arbres. Je finis par me mettre à courir, après l'avoir observé de loin sans le voir vraiment. Je devais me dépêcher de retourner à mes affaires, sentant alors mon côté humain reprendre le dessus et me mit à courir, sentant alors les pas derrière moi me suivre. Arrivant à proximité de mes affaires, sans pour autant les apercevoir, je ne pouvais plus le contrôler et m'arrêta alors, sentant la douleur de mon contrôle prendre le dessus. Lorsque j'empêchais le plus possible une transformation, cela pouvait être douloureux. Je finis alors par m'arrêter, hurlant un cri de loup, la douleur de mes os se faisant sentir et commença à me transformer lentement, laissant mon cri de loup se transformer en gémissement humain. Je me retrouvai donc nue, dans le froid et accroupie, la tête lever et reprenant mon souffle. Je releva donc la tête, toujours dans cette position qui cachait mes partie les plus intimes et me tenait plus ou moins chaud, entendant un craquement : « Qui est là ?! » m'exclamai-je soudainement, me mettant à trembler par le froid. Je vis alors apparaître un homme, habiller à la mode du Royaume d'où je venais et compris qu'il s'agissait d'un nouveau venu, je restai dans cette position, complètement nue et ne sachant pas du tout comment réagir. L'homme sembla comme subjuguer par ce que j'étais mais, aussi, s'avança-t-il avec prudence : « Qu... qui êtes-vous ? » demandai-je en grelottant : « Re...retournez vous.. » je vis au loin mes affaires, caché dans la brume de l'hiver naissant.


good vibes.

⊹⊹⊹

"Le Loup lui cria en adoucissant un peu sa voix : Tire la chevillette, la bobinette cherra. Le Petit Chaperon rouge tira la chevillette, et la porte s’ouvrit (...) J'éprouve une attirance pour les êtres funestes. C'est un désir enfantin de rencontrer le loup, d'avoir peur. Enfant, je préférais La petite marchande d'allumettes et ses dernières munitions au Chaperon rouge."
.narnienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
JOUEUR ◮ King of Camelot


◗ MESSAGES : 30
◗ ARRIVÉE EN VILLE : 21/09/2015

MessageSujet: Re: Une rencontre sous le signe du loup et l'hiver - Feat Arthur   Sam 7 Nov - 16:24

Camelot. Son royaume, ses souverains ainsi que ses chevaliers. Autant dire qu’Arthur et sa bien-aimée n’ont rien a envié aux autres royaumes. Ils ont bien assez à faire avec le royaume de Camelot et bien trop de temps à consacrer à la quête du Graal qui demande beaucoup de temps aux chevaliers de la table ronde et à leur souverain. Le Roi Arthur Pendragon. Il est difficile de s’imaginer que l’on peut être un personne d’un livre ? Un personne qui a été prit pour des choses diverses et variées comme un film ou encore divers livres qu’il soit consacrés des enfants ou encore à des adultes qui s’instruisent en voulant apprendre le maximum de choses sur les légendes arthuriennes. Il y a même des dessins animés pour les jeunes ou les moins jeunes. Mais qu’est-ce que tout ça pour Arthur et ceux de son monde. Rien de tout ça n’existe dans son monde. A son époque. Les livres existent certes mais ce n’est certainement pas pour raconter des histoires comme cela peut être le cas de nos jours ou encore dans le monde de Storybrooke qui est le plus à même de se rapprocher de notre monde.

Comment est-il d’ailleurs possible de débarquer en un clin d’œil de son lieu de vie habituel autrement dit Camelot à un lieu complètement inconnu du nom de Storybrooke. C’est simple notre cher Arthur Pendragon est tout simplement dans l’incapacité la plus totale de dire le pourquoi du comment. Ce dernier est franchement dépourvu de mot, d’explications pour parler de sa présence en ces lieux. Il ignore comment cela s’est déroulé mais une chose est sûre et certaine il souhaite en savoir autant que les autres ne lui en demande. Notre bon souverain aimerait également connaitre la raison de sa présence ici, savoir comment cela s’est passé. Des arbres entourent Arthur, il est temps d’en sortir. Cet environnement lui donne fortement l’impression d’être chez lui après tout à Camelot ce n’est pas cela qui manque mais il n’est pas dupe et sait très bien qu’il n’y est pas le moins du monde. Il marche alors dans l’idée de trouver un moyen de sortir de la forêt, il marche jusqu’à ce qu’un bruit l’intrigue. Cherchant du regard ce qui a put provoqué le bruit ce dernier ne parvient pas à en voir la source. Cependant il se contente de prendre la direction du bruit. Il s’avance alors de manière plus rapide que cela a put être le cas précédemment.

Un cri animal se fit entendre et Arthur posa la main sur le pommeau de son épée prêt à la dégainer si nécessaire. Il fut plus méfiant après avoir entendu le cri mais n’arrêta pas pour autant sa course vers la source du bruit. Il en vit enfin la raison, une jeune femme enfouit, recroquevillée sur elle qui cherchait desespérement à caché sa nudité. Elle se mit à posé les questions avant qu’Arthur n’ai eut le temps de faire son propre interrogatoire. Il ne répondit pas pour autant et quand cette dernière lui demanda de se retourner il vit son regard se posé au loin, il tourna alors la tête à son tour et vit le tas de vêtement de cette dernière. Il retira sa main de son épée et s’élança vers la pile d’habits. Il s’abaissa pour les ramasser et revint vers la jeune femme les déposant auprès d’elle.

« Si vous me le permettez…Arthur Pendragon, roi de Camelot et vous qui êtes vous ? Quel être est capable de telle chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une rencontre sous le signe du loup et l'hiver - Feat Arthur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» 07/06/2011: Sous le signe de la tortue: au secours d'une espèce menacée
» Sous le signe du Sagittaire...
» Reproduction - Gestation
» Forêt celtique, Forêt sorcière
» Hibernation et déménagement
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ONCE UPON A TIME :: NotreCherMonde :: Les alentours de la ville :: la forêt-
Sauter vers: